_MG_0041

_MG_0015

10 janvier 2013

Je vous félicite Monsieur le Président du SICTOM pour avoir pris l’initiative d’organiser cette manifestation.

Le traitement des déchets est un enjeu prioritaire pour notre territoire. Combien de fois devrons-nous le répéter ! Les Guadeloupéens attendent depuis trop longtemps que soit mis en place un traitement des déchets digne, qui puisse garantir une amélioration du cadre de vie et dans des conditions respectueuses de l’environnement conformément aux standards qui sont ceux d’un pays développéLe cadre de vie est encore trop marqué par la présence des déchets et en particulierpar des décharges sauvages qui enlaidissent nos paysages et polluent nos sols. Je ne parlerai pas bien sûrde l’impact de cette situation sur l’image du territoire pour les touristes.

La population a souvent l’impression que rien ne se fait. Ce sentiment est alimenté par certains articles, certaines chroniques publiées ci et là et peut être un défaut de communication objective. 

Parallèlement, les Guadeloupéens ne sont peut-être pas suffisamment conscients des responsabilités qui incombent à chacun de nous. Nous ne sommes pas assez conscients de notre devoir de diminuer notre production de déchetsde notre rôle à chacun pour garantir un tri à la source efficace, pour améliorer le recyclage et leréemploi.

Nous ne sommes pas non plus suffisamment conscients que notre comportement individuel est un paramètre important dans la maîtrise des coûts de traitement. 

Pour autant, aussi bien les politiques que les entreprises ne sont pas restés inactifs. Beaucoup de choses ont été faites et n’ont peut-être pas été suffisamment présentées et expliquées à la population.

Parallèlement le secteur des déchets se caractérise par une organisation très complexe où les responsabilités sont partagées entre les producteurs de déchets que sont les entreprises, les particuliers, les metteurs sur le marché, mais aussi les éco-organismes, les collectivités et j’en oublieC’est donc très compliqué à comprendre pour le citoyen

J’en termine avec cette énumération qui m’a paru nécessaire pour rappeler l’importance de la communication et de la pédagogie dans ce domaine.

C’est un impératif pour la population, c’est un impératif pour nous-mêmes, élus, techniciens, entreprises dans la démarche de responsabilité collective que nous devons avoir.

La situation actuelle du traitement des déchets, résulte d’une responsabilité partagée y compris de la population. Les progrès que nous avons faits, ceux qui nous restent à faire pour mettre en place une gestion durable des déchets passent par une démarche collective, chacun ayant pleine conscience et assumant son niveau de responsabilité.

D’où l’importance de ces assises, Monsieur le Président Rinçon, qui permettent d’une part de faire le point sur les actions en cours, de présenter les avancées et aussi les échecs, et d’autre part de rappeler le rôle et les compétences des différents acteurs et donc de mieux nous connaître mutuellement ; l’objectif étant d’apprendre à mieux travailler ensemble.

Je crois en l’importance d’une meilleure coordination de nos différentes institutions. Aujourd’hui la motivation pour régler définitivement la question des déchets est largement partagée. Les différentes collectivités montent en compétence en recrutant des cadres biens formés. Il faut absolument aller de l’avant par une meilleure concertation et en coordonnant mieux nos interventions.

Pour sa part, La région s’est engagée résolument dans cette voie depuis longtemps. Dès notre arrivée à la tête de la région, nous avons voulu, avec le Président Gillot, créer une synergie avec le Département, mutualiser nos moyens, partager la stratégie etcontribuer à mobiliser les élus et l’ensemble des acteurs.

En 2006, par la constitution du comité de suivi pour le traitement des déchets, rassemblant une majorité des élus de Guadeloupe, tous bords confondus, nous avons pris un ensemble de décisions qui ont produit depuis leurs effets sur la réalisation d’équipements.

La région a, en particulier, apporté son soutien au SICTOM pour la réalisation de la plate-forme multi filière de traitement des déchets. Nous avons largement contribué avec Monsieur le Préfet et le président Gillot à trouver des solutions pour en permettre le financement. Nous sommes aujourd’hui particulièrement déterminés à tout faire pour garantir laconstruction de cette plate-forme dont le rôle est fondamental. 

Parallèlement, nous avons participé au financement des différentes installations de collecte sélective, de traitement, de structuration des filières.

C’est tout cela qui me permet de dire que nous avons tenu parole concernant l’engagement pris devant la population pour régler la question des déchets.

Mais le chemin est encore long. Nous sommes encore loin des objectifs fixés par le PDEDMA et le PREGEDDNous devons vraiment prendre la mesure des efforts que nous devons faire pour avoir une gestion de nos déchets digne de notre territoire et à la hauteur des attentes de la population.

Je réitère donc l’engagement de la région de continuer de travailler aux côtés de l’ensemble des acteurs pour cela.

Je vous renouvelle mes félicitations, Monsieur le Président. Je suis persuadé du succès de cette manifestation et je vous souhaite, Mesdames et Messieurs, un bon travail.